Contrairement à la croyance populaire, une étude britannique de grande envergure confirme que les femmes stressées ou qui ont vécu des événements tragiques ne sont pas plus à risque de développer un cancer du sein. Télécharger la chronique