Plus de la moitié des personnes qui reçoivent une chimiothérapie pour le traitement du cancer présentent des séquelles cognitives à la suite des traitements. Selon une étude récente, cette dysfonction cognitive serait liée à une perturbation de trois types de cellules gliales présentes dans la matière blanche du cerveau, suggérant que des médicaments ciblant ces cellules pourraient atténuer les effets indésirables de la chimiothérapie sur la cognition. Télécharger la chronique