La consommation de légumes crucifères est associée à une diminution du risque de plusieurs types de cancers. Selon une étude récente, cette protection serait en partie médiée par l’action d’une
bactérie présente dans l’intestin qui permet la formation de molécules dotées d’une forte activité anticancéreuse. Télécharger la chronique