Notre attirance pour les aliments gras suggère une prédisposition génétique pour aimer le gras, associée à la survie. En effet, les graisses contiennent à poids égal, deux fois plus de calories que les sucres ou les protéines. Selon une étude récente, l'attrait envers les aliments riches en matières grasses serait dû à un récepteur appelé CD36 présent au niveau de la langue.Télécharger la chronique.

Richard Béliveau

News Flash!

Very encouraging results are showing that the right diet can greatly contribute to slowing down the cognitive problems linked to normal aging as well as those associated with Alzheimer's disease. On the menu: green vegetables, berries, nuts, whole grains, fish and olive oil. Download this column