Notre attirance pour les aliments gras suggère une prédisposition génétique pour aimer le gras, associée à la survie. En effet, les graisses contiennent à poids égal, deux fois plus de calories que les sucres ou les protéines. Selon une étude récente, l'attrait envers les aliments riches en matières grasses serait dû à un récepteur appelé CD36 présent au niveau de la langue.Télécharger la chronique.

Richard Béliveau

News Flash!

The berry season, which is beginning, is a good occasion to consider the extent to which these local treasures are good for the health. One recent study found that women who regularly eat these fruits have a lower risk of heart attacks. Download this column.