Une importante étude récente montre que les femmes qui sont le plus intégrées socialement ont un risque moitié élevé d’être touchées par une maladie coronarienne. Télécharger la chronique