Des études récentes indiquent que les récepteurs du goût amer sont également présents dans le nez et déclenchent une réponse antibactérienne qui permet de réduire les infections. Téléchargez la chronique