Bien que l’acupuncture soit utilisée pour réduire la douleur depuis plus de 4 000 ans, les mécanismes impliqués dans cet effet analgésique demeurent encore largement incompris. Une étude récente indique que l’insertion et la manipulation des aiguilles provoquent la relâche locale d’adénosine, un neurotransmetteur doté de propriétés anti-douleur. Télécharger la chronique.