Une nouvelle étude du Journal of the American Medical Association montre que les éléphants sont rarement touchés par le cancer parce qu’ils expriment des niveaux très élevés de p53, un suppresseur de tumeur qui supervise le maintien de l’intégrité de l’ADN. Télécharger la chronique