Le cancer de l’ovaire est une maladie sournoise, qui ne laisse souvent que peu de chance aux personnes atteintes. Une publication récente dans la très prestigieuse revue Nature rapporte l’identification d’un groupe de   cellules souches à l’origine de la plupart des cancers de l’ovaire, ce qui pourrait permettre le développement d’outils diagnostiques permettant de détecter ces cancers à un stade précoce et ainsi améliorer la survie des patientes. Télécharger la chronique.