Deux études récentes de l’Université Harvard montrent qu’une amélioration de la qualité de l’alimentation, même légère, se traduit par une diminution significative du risque de mortalité prématurée. Télécharger la chronique