Une étude montre que le simple fait de manger plus souvent des sources de protéines comme les végétaux (noix, légumineuses, grains entiers) ou le poisson au lieu de la viande rouge est associé
à une diminution significative du risque de mourir prématurément au cours des dix années qui suivent. Télécharger la chronique