L’embonpoint et l’obésité sont toujours perçus comme des conséquences d’un apport calorique qui excède les dépenses énergétiques. Mais si c’était l’inverse et que c’est plutôt l’excès de poids qui incite une personne à trop manger? Coup d’oeil sur une hypothèse fascinante, qui pourrait révolutionner la lutte à l’obésité. Télécharger la chronique.